Campagne majeure de financement

Cette campagne vise la réalisation de quatre projets novateurs visant à encourager la persévérance scolaire : stimuler le développement social, cognitif, communicationnel et la maturité affective des enfants en bas âges; développer l’engouement pour les sciences et les technologies chez les jeunes; développer une programmation novatrice pour l’apprentissage de la lecture et de l’écriture au préscolaire; et encourager l’utilisation de techniques d’apprentissage par projets et de développement de compétences.

« L’innovation sociale est déterminante en société, souligne Francyne Charette, directrice générale de l’organisme. Nous avons mis en place une solution systémique novatrice et durable, ayant un impact et une portée considérable. Nous sommes choyés d’avoir des partenaires publics, privés et communautaires impliqués pour la cause! ».

Gaz Métro est un partenaire important depuis plusieurs années. L’entreprise a fait don de 2,15 M$ à l’organisme depuis 2008 en plus d’encourager l’engagement de leurs employés dans la communauté. « Au Québec, nous avons le privilège de naître tous égaux en droit, renchérit Sophie Brochu. En contrepartie, les chances ne sont pas égales pour tous, et c’est pourquoi la mission de ruelle de l’avenir est si essentielle. Chaque enfant qui transite par ses services obtient l’encadrement et les outils nécessaires à sa réussite scolaire, et avec des projets comme celui-là, ce sont les fondements de toute notre société que l’on solidifie. »

Déjà deux donateurs

BMO Groupe financier Québec effectue le premier don de la campagne avec un don de 600 000 $, portant à 1 M$ le don de BMO à l’organisme depuis 2008. Power Corporation suit de près avec un don de 250 000 $, portant son don total à 500 000 $ depuis 2008.

C’est donc 850 000 $ qui sont amassés jusqu’à maintenant pour la persévérance scolaire dans le cadre de la campagne majeure.

« J’espère que notre don incitera d’autres entreprises et institutions financières à s’engager également au profit de la jeunesse puisque c’est avec des programmes novateurs et intégrateurs comme ceux-ci que nous pourrons assurer la relève, conclut L. Jacques Ménard. »