Études sur l’organisme

Présentation de l’étude de Chouinard, R., Bergeron, J., Bowen, F., Fallu, J.-S., Lefrançois, P. et Poirier, L. de l’Université de Montréal à la 3e édition des Grandes Rencontres sur la Persévérance scolaire à Montréal. « Le succès de 80, Ruelle de l’Avenir – Au-delà de l’investissement dans les espaces physiques ».

À l’automne 2007, sous l’instigation d’un organisme communautaire du quartier Centre-Sud de Montréal (ruelle de l’avenir anciennement Projet 80), un important financement de la part d’organisations privées (Gaz Métro) et publiques (Radio-Canada) a permis d’élaborer un programme d’intervention d’envergure, le 80, Ruelle de l’Avenir, visant la création d’un environnement d’apprentissage stimulant pour les jeunes.

Une aile d’une école primaire du quartier a été réaménagée pour offrir des espaces à vocation pédagogique spécifique (ateliers art, danse, sciences, multimédia, cuisine, horticulture, sport).

L’étude du MELS –FQRSC Persévérance et réussite scolaires

 Objectif

Évaluer le processus d’implantation du programme et son incidence sur la motivation, l’adaptation psychosociale et le rendement des élèves en lecture et en mathématiques. Étude longitudinale/transversale et mixte (quantitative et qualitative) sur 3 ans (2008-2009, 2009-2010, 2010-2011) avec les élèves du 3e cycle du primaire des cinq écoles du quartier, les enseignants, les directions des écoles de ces élèves et les intervenants des organismes communautaires du secteur.

Résultats

Ceux qui fréquentent les installations de la ruelle et qui participent souvent à leurs activités se distinguent des autres groupes de façon significative par :

  • Plus grande motivation pour l’école (utilité);
  • Plus grande motivation pour le français et les mathématiques (intérêt et utilité des matières);
  • Plus grande adaptation psychosociale (appartenance, moins d’isolement et d’anxiété sociale);
  • Meilleur rendement en mathématiques (calcul et résolution de problème) et en lecture (compréhension textuelle, explicite et implicite).

Conclusion

Même si l’aménagement et la modernisation des espaces physiques sont très attrayants, ils ne suffisent pas à eux seuls à assurer aux élèves un vécu scolaire de meilleure qualité.

Investir dans les infrastructures doit s’accompagner d’un investissement tout aussi important dans les mesures d’implantation, comme l’implication, la formation et le soutien du personnel et l’élaboration d’une programmation réaliste facilitant la concertation des différents intervenants.

Il n’y a pas de place ici pour les demi-mesures et l’expérience de 80, Ruelle de l’Avenir montre que lorsque les établissements scolaires, les organismes communautaires et les entreprises privées d’un quartier s’investissent dans un projet scolaire commun, les élèves, leurs familles et les intervenants du milieu en retirent des bénéfices tangibles.

Pour lire la présentation complète, cliquez ici.

Afin de consulter l’étude complète, cliquez sur ce lien.7